Équipe

Direction

Marc-Antoine Dilhac

Marc-Antoine Dilhac

Directeur

Marc-Antoine est professeur de philosophie à l’Université de Montréal, membre associé du Mila, et titulaire de la Chaire CIFAR en Éthique de l’IA. Il a détenu de 2014 à 2019 la Chaire de recherche du Canada en éthique publique et théorie politique (CRSH). Depuis 2013, il est directeur de l’axe Éthique et politique au Centre de recherche en éthique (Montréal). Il s’est spécialisé dans les théories de la démocratie et de la justice sociale, ainsi que dans les questions d’éthique appliquée. Ses recherches actuelles portent sur les impacts éthiques et sociaux de l’IA et sur les questions de gouvernance et de design institutionnel, avec un intérêt particulier sur la façon dont les nouvelles technologies modifient les relations publiques et les structures politiques. En 2017, il a initié le projet de la Déclaration de Montréal pour un développement responsable de l’IA et en a présidé le comité scientifique.

Marc-Antoine Dilhac est directeur de la fonction Délibération de l’Observatoire sur les impacts sociaux de l’IA et des technologies numériques (OBVIA), et membre du Conseil Aviseur sur l’IA du Gouvernement du Canada. 

Il est titulaire d’un doctorat en philosophie politique de l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et a reçu la bourse postdoctoral Banting du CRSH.

marc-antoine.dilhac@umontreal.ca

Les membres d’Algora

Par ordre alphabétique

Camylle Lanteigne

Camylle Lanteigne

Chercheure en gouvernance de l'IA

Camylle est chercheure en gouvernance de l’IA à Algora Lab. Elle est directrice de recherche et chercheure en éthique de l’IA à la Montreal AI Ethics Institute et fait partie du comité de pilotage du projet Zone d’innovation IA santé. Elle poursuit actuellement une maîtrise en politiques publiques et administration publique à l’Université Concordia et détient un baccalauréat en philosophie (spécialisation) de l’Université McGill. Elle possède également une vaste expérience de travail et de bénévolat dans le secteur de l’environnement et de la gestion des matières résiduelles au niveau municipal.

En conséquence, ses intérêts de recherche sont la politique et la gouvernance de l’IA (au Québec, au Canada et à l’international), l’éthique de l’IA, ainsi que l’intersection de ces sujets avec la politique et l’éthique environnementales. Elle est l’une des trois chercheurs travaillant sur «SECure», un projet qui vise à créer un processus de certification pour des systèmes d’IA socialement et écologiquement responsables.

Carl Mörch

Carl Mörch

Chercheur Postdoctoral, Analyste senior

Carl est actuellement stagiaire postdoctoral de l’Université de Montréal, au Mila; il a reçu une bourse postdoctorale de l’Observatoire International sur les Impacts Sociétaux de l’intelligence artificielle et du Numérique (OBVIA). Il est chargé de cours et professeur associé à l’UQÀM (Montréal, Canada).

Ses recherches sont orientées vers la création d’outils en éthique de l’IA. Son objectif est de contribuer à l’application concrète de principes éthiques de haut niveau en élaborant des listes de standards, et des instruments concrets. Il s’intéresse particulièrement à deux domaines sensibles (santé, finance).

De façon générale, il s’intéresse au développement responsable des technologies dans la société, en santé et en psychologie. Il a co-créé canadaprotocol.com, un outil en accès libre pour les développeurs en IA travaillant en santé mentale. Il travaille également sur l’évaluation éthique des applications mobiles gratuites et sur le concept de compétence morale en IA. Enfin, il dirige le projet « Reach Me », un projet de e-santé visant à améliorer l’accès des femmes enceintes aux services prénataux, en utilisant les SMS.

Il est titulaire d’un M.Psy. (EPP-ICP, France) et un doctorat en psychologie (UQÀM, Canada). Il est activement impliqué dans l’organisation du AI Civic Forum depuis octobre 2019.

carl.morch@umontreal.ca

Fatima Gabriela Salazar Gomez

Fatima Gabriela Salazar Gomez

Responsable à la mobilisation citoyenne

Fatima est la responsable à la coordination des modératrices et des modérateurs du projet AI Civic Forum. Détentrice d’un baccalauréat en communication, elle poursuit une maîtrise en recherche-création en communication politique à l’Université de Montréal. Elle s’intéresse notamment dans le cadre de son mémoire aux enjeux de représentation des personnes racisées et à l’art communautaire comme forme de participation citoyenne.

Depuis 2019, elle travaille comme consultante pour le projet MTElles qui vise à la participation égalitaire des femmes à la vie démocratique municipale et communautaire. Sa participation au projet lui a permis d’acquérir une meilleure connaissance des systèmes de gouvernance et de participation citoyenne au sein de la ville de Montréal. Elle a notamment participé à l’évaluation et l’élaboration de pratiques inclusives et interculturelles pour les différents arrondissements participants.

Militante anti-raciste et féministe décoloniale, elle a cœur les enjeux de représentation et d’inclusion des personnes racisées, plus particulièrement des femmes. Elle a notamment initié et coordonné une activité contributive citoyenne (ACC) avec l’équipe de recherche ÉRASME. Réunissant une trentaine de citoyen.ne.s, praticien.ne.s et chercheur.e.s, prenant ainsi part à la consultation publique sur le racisme et la discrimination systémiques dans les compétences de la Ville de Montréal.

Avec le projet AI Civic Forum, elle espère mettre à profit son expertise sur la participation citoyenne, l’inclusion sociale et les enjeux sociaux relatifs aux personnes racisées.

Lucia Flores Echaiz

Lucia Flores Echaiz

Titulaire d'un baccalauréat en droit et d'une mineure en philosophie

Lucia est titulaire d’un baccalauréat en droit et d’une mineure en philosophie. Elle complète actuellement une maîtrise en droit (concentration droit et société) à l’Université du Québec àMontréal (UQAM). Sa recherche explore comment les systèmes d’IA peuvent mener à la discrimination des populations vulnérables et comment le droit constitutionnel canadien répondaux enjeux entourant la question.

Son parcours académique est marqué par une implication sociale dans divers projets liés à la défense des droits et libertés, ce qui lui a valu notamment la bourse Juanita Westmoreland-Traoré et le prix Natasha Binsse-Masse. Elle a également de l’expérience en intervention en matière de violence conjugale dans un maison d’hébergement pour femmes. En 2019, Lucia a eu l’opportunité de mener des recherches à l’UNESCO sur l’éthique de l’IA (enparticulier sur l’IA et les droits humains, ainsi que sur l’IA et le genre), s’étant conclu par la publication du rapport Steering AI and Advanced ICTs for Knowledge Societies: a ROAMperspective.

Ses intérêts de recherche comprennent l’éthique de l’IA, la philosophie continentale de la technologie, les théories de la discrimination ainsi que les perspectives féministes et décoloniales. Elle souhaite apporter son expertise théorique et son dévouement à la justice sociale dans différents projets à Algora.

Pauline Noiseau

Pauline Noiseau

Coordonnatrice

Pauline est la coordinatrice d’Algora Lab, un laboratoire interdisciplinaire délibérant sur l’éthique de l’innovation numérique et créant des dialogues entre les experts en IA, la société civile et les citoyens.

Passionnée par les questions de représentation, de participation et de délibération, son rôle est de développer des ateliers délibératifs entre différents acteurs sur la société algorithmique ou algodémocratie. Elle a été membre du comité de pilotage de la Déclaration de Montréal pour le développement responsable de l’AI, un cadre éthique pour un déploiement inclusif, équitable et responsable de l’AI. Elle a organisé de nombreux ateliers délibératifs à Montréal dans des communautés marginalisées.

Elle détient un double baccalauréat en science politique et en philosophie de l’Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne et une maîtrise en philosophie politique et morale de l’Université de Montréal. Dans le cadre de ses recherches, elle s’intéresse à la question du genre au sein de l’IA et a notamment travaillé sur son mémoire de maîtrise sur les enjeux éthiques de la robotique sexuelle dans une perspective critique féministe. Très préoccupée par les questions de représentation des femmes et des minorités, elle a présidé pendant deux ans le Sofépum (Sociétés Féminisme et Philosophies de l’Université de Montréal), un comité visant l’inclusion des femmes et des minorités dans la vie académique du département de philosophie.

Plus récemment, elle a travaillé sur le concept de vulnérabilité dans le domaine de l’IA et plus particulièrement sur la nature du lien entre les humains et l’IA dans une perspective d’éthique du care. 

pauline.noiseau@umontreal.ca

Vincent Mai

Vincent Mai

Doctorant, Mila

Vincent Mai est un candidat au doctorat en Intelligence Artificielle au Mila. Sa recherche se concentre sur l’application de l’IA à la robotique. Au sein de l’équipe d’Algora, il souhaite mettre ses connaissances techniques au service de la mission du laboratoire.

Vincent a toujours été intéressé par l’impact des technologies sur la société. Il trouve important de promouvoir l’éducation et la délibération à propos du développement et du déploiement de l’IA. Il a participé à la mise en oeuvre de la Déclaration de Montréal pour un Développement Responsable de l’IA, des délibérations à la rédaction du rapport. Il a aussi été partie prenante de plusieurs autres projets, dont une école d’été en robotique au Ghana et un groupe de réflexion sur l’utilisation de l’IA dans le monde du travail.

Il a obtenu un diplôme de maîtrise de l’ETH Zurich en robotique et un baccalauréat en génie physique de Polytechnique Montréal.

vincent.mai@umontreal.ca

Ancien.ne.s membres

Par ordre alphabétique

Jihane Lamouri

Jihane Lamouri

Membre d'Algora Labs - 2019

 

Nathalie Voarino

Nathalie Voarino

Membre d'Algora Labs - 2019

NOS PARTENAIRES